SECTION 2e. LE PERE VISITE EN PASSANT LES PEU PLES DE LA FOLLE AUOINE, CE QUE C'EST QUE CETTE FOLLE AUOINE, IL ENTRE DANS LA BAVE DES PUANTS, QUELQUES PARTICULARITÉZ DE CETTE BAE, IL ARRIUE A LA NATION DU FEU.

 

AUEC toutes ces precautions nous faisons Joüer Jöyeusement les auirons, sur vne partie du Lac huron et Celuy des Ilinois, et dans la baÿe des Puants.

La premiere Nation que nous rencontrâmes, fut Celle de la folle auoine, J'entray dans Leur riuiere, pour aller visiter ces peuples ausquels nous auons presché L'Euangile depuis plusieurs années, aussi se trouve-t-il parmy Bux plusieurs bons chrestiens.

La folle auoine dont ils portent le nom, parcequelle se trouve sur leurs terres est une sorte d'herbe qui croit naturellement dans les petites Riuieres dont le fond est de vase, est dans les Lieux Marescageux; elle est bien semblable a la folle auoine qui Croit parmy nos bleds. Les epics sont sur des tuyeaux noüés d'Espace en Espace, ils sortent de lEau vers le mois de juin, et vont tousjour montant jusqu'a ce qu'ils surnagent de deux pieds Enuiron, Le grain n'est pas plus gros que Celuy de nos auoines, mais il est vne fois plus long, aussi La farine en est t-elle bien plus abondante. Voicy Comme les Sauuages la Cueillent et la preparent pour la manger. Dans Le mois de Septembre qui est le temps propre pour Cette recolte, ils vont en Canot autrauers de Ces champs de folle auoine, ils en secoüent les Épics de part et d'autre dans le Canot, a mesure quils auancent le grain tombe aisément s'il est meur, et En peu de temps ils en font leur prouision: Mais pour le nettoyer de la paille et le dépouiller d'une pellicule dans laquelle il est Enfermé; ils le mettent sécher a la fumée; sur vn gril de bois soubs lequel ils entretiennent vn petit feu, pendant quelques jours, Et lorsque L'auoine est bien seche, ils la mettent dans une Peau en forme de pouche, Laquelle ils enfoncent dans vn trou fait a Ce dessein en terre, puis ils la pillent auec les pieds, tant et si fortement que La grain s'estant separé de la paille, ils le vannent tres. aisement, apres quoy ils le pillent pour le reduire en farine, ou mesme sans estre pillé ils le font Cuire dans leau, qu'ils assaisonnent auec de la graisse, et de Cette façon on trouue La folle auoine presque aussi delicate, qu'est le ris, quand on n'y mette pas de meillieur assaisonnement.

Je racontay a ces peuples de la folle auoine, Le dessein que j auois d'aller découurir Ces nations Esloignées pour les pouuoir Instruire des Mysteres de Nostre Ste. Religion; Ils en furent Extremement surpris, et firent tous leur possible pour m'en dissüader; Ils me representerent que je rencontrerois des Nations qui ne pardonnent jamais aux Estrangers ausqu'els ils Cassent La teste sans aucun sujet; que La guerre qui estoit allumée Entre Diuers peuples qui estoient sur nostre Route, nous Exposoit a vn autre danger manifeste d'estre tuéz par les bandes de Guerriers qui sont tousjours en Campagne; que la grande Riuiere est tres dangereuse, quand on n'en scait pas les Endroictz difficiles, qu'elle estoit pleine de monstres effroyables, qui deuoroient les hommes et les Canotz tout Ensemble; qu'il y a mesme vn démon qu'on entend de fort loing qui en ferme le passage et qui abysme ceux qui osent en approcher, Enfin que les Chaleurs sont si excessiues En ces pays La qu'elles nous Causeroient La mort Infailliblement.

Je les remerciay de ces bons aduis qu'ils me donnoft, mais je leurs dis que je ne pouuois pas les suiure, puis qu'il s'agissoit du salut des ames pour lesquelles ie serois rauy de donner ma vie, que je me moquois de ce demon pretendu, que nous nous deffenderions bien de ces monstres marins, et qu'au. reste Nous Nous tienderions sur nos gardes pour euiter les autres dangers donts ils nous menagoient. Apres les auoir fait prier Dieu et leur auoir donné quelque Instruction, je me separay d'eux, et nous estant. Embarquez sur nos Canotz, Nous, arriuâmes peu de temps apres dans le fond de la Baye des puantz, ou nos Peres trauaillent utilement a la Conuersion de ces peuples, en ayant baptisé plus de deux mille depuis qu'ils y sont.

Cette baÿe porte vn Nom qui n'a pas une si mauuaise signification en la langue des sauuages, Car ils l'appellent plustost la baye sallée que la Baye des Puans, quoyque parmy Eux ce soit presque le mesme; & c'est aussi Le nom qu'ils donnent a la Mer; Ce qui nous a fait faire de tres exactes recherches pour découurir s'il n'y auoit pas en Ces quartiers quelques fontaines d'Eau sallée, Comme il y en a parmy les hiroquois; mais nous n'en auons point trouud. Nous jugeons donc qu'on luy a donné Ce nom, a cause de quantité de vase et de Boüe qui s'y rencontre, d'ou s'esleuent Continuellement de meschantes vapeurs qui y Causent les plus grands et les plus Continuels Tonnerres, que jaye imais entendu.

La Baye a enuiron trente lieues de profondeur et huict de large en son Commencement; elle va tousjour se retrécissant jusques dans le fond, ou il est aisé de remarquer la marée qui a son flux et reflux reglé presque Comme Celuy de la Mer. Ce n'est pas icy le lieu d'examiner si ce sont les vrayës marées, si elles sont Causées par les ventz ou par qu'elqu'autre principe, s'il y a des ventz qui sont Les auantcoureurs de la Lune et attachez a sa suitte lesquels par consequent agitent le lac et luy donnent Comme son flux et reflux toutes les fois que la Lune monte sur I'horison. Ce que je peux dire de Certain est que quand leau est bien Calme, on la voit aisement monter et descendre suivant le Cours de la lune, quoyque je ne nie pas que Ce mouuement ne puisse estre Causé par les Ventz qui sont bien Bloignez, et qui pesant sur le milieu du lac font que les bords Croissent et decroissent de la façon qui paroit a nos yeux.

Nous quittimes Cette baye pour entrer dans la riuiere qui s'y décharge; elle est tres belle en son Emboucheure, et coule doucement, elle est pleine D'outardes, de Canards de Cercelles et d autres, oyseaux qui y sont attirez par la folle auoine, dont ils sont fort friants, mais quand on a vn pen auancé dans cette riuiere, on la trouue tres difficile, tant a cause des Courants que des Roches affilées, qui Couppent les Canotz et les pieds de Ceux qui sont obligés de les traisner, sur tout quand les Eaux sont basses. Nous franchimes pourtant heureusement Ces rapides et en approchant de Machkoutens la Nation du feu, jeu la Curiosité de boire des Eaux mineralles de la Riuiere qui nest pas Loing de Cette bourgade, Je pris aussi le temps de reconnoistre vn simple qu'un sauuage qui en scait le secret a enseigné au P. Alloües auec beaucoup de Ceremonies, Sa racine sert Contre la morsure des serpents, Dieu ayant voulu. donner ce remede Contre vn venin qui est tres frequent en ces pays: Elle est fort chaude et elle a vn goust de poudre quand on lescrase sous la dent; il faut la mascher et la mettre sur la piquure du serpent, qui en a vne si grande horreur; qu'il s'enfuit mesme de Celuy qui s'en est frotté, elle produit plusieures tiges hautes d'un pied, dont la feuille est un peu longue et la fleur blanche et beaucoup semblable a La giroflée. J'en mis dans mon Canot, pour 1'examiner a loisir, pendant que nous auançions tousjour vers Maskoutens, on nous arriuimes Le 7e. de juin.